Nouvelles/News

← Back to all posts
  • Des mots de Jean François Mondot, journaliste à Jazz Magazine / Some words from Jean François Mondot, journalist at Jazz Magazine

    Voici un quartet résolument en dehors des sentiers battus. Il propose une musique poétique et sauvage, qui vous emporte très loin et très haut. Il ne faut rater aucun de leurs concerts car ils sont rares, les quatre musiciens du groupe étant séparés par l’océan atlantique. D’où le nom de leur très beau disque, Equidistant (Socadisc, 2012). Le rythme est au cœur de cette musique où l’on trouve deux percussionnistes. Pablo Cueco est un spécialiste du zarb, le plus délicat des tambours, un instrument magique capable d’évoquer le grondement du tonnerre, les gammes délicates du vent dans les feuilles, et aussi les pas feutrés des fantômes. Mirtha Pozzi joue des congas, et de tout un arsenal de percussions ramenées de ses voyages en Amérique latine, qu’elle distribue comme des épices. Ce duo de percussionnistes entre en interaction avec le saxophone (ténor ou soprano) du subtil Nathan Hanson. Quant à Doan Roessler, à la contrebasse, il n’est pas seulement le lien et le liant entre tous ces musiciens, il contribue à l’intensité de la musique.  Cette musique de funambules  laisse une grande place à l’improvisation. C’est emporté, violent, fragile, poétique. Bref, superbe.

    ~ JF Mondot, journaliste à Jazz Magazine

    Here's a quartet that is resolutely outside the box. They offer a poetic and wild music that takes you far and wide. Do not miss their concerts because they are rare, the four band members separated by the Atlantic Ocean. Hence the name of their beautiful record, Equidistant (Socadisc, 2012). The rhythm is the heart of this music in which we find two percussionists. Pablo Cueco is a Zarb specialist, the more delicate drum, a magical instrument capable of evoking the rumble of thunder, the delicate lines of the wind in the leaves, and also ghostly footsteps. Mirtha Pozzi plays the congas, and a whole arsenal of percussion returned from her travels in Latin America, as she distributes spice. The percussion duo interacts with the subtle saxophone (tenor or soprano) of Nathan Hanson. As for Doan Roessler, bass, he is not only the link and binder of all these musicians, he contributes to the intensity of the music. This tightrope music leaves room for improvisation. It's passionate, violent, fragile, poetic. In short, superb.

    ~ JF Mondot, journalist for Jazz Magazine